EDITORIAUX DE LA PRÉSIDENTE  

 

Septembre 2021

PhotoJF.jpg

La vie d’une association c’est un peu comme la vie de chacune et chacun … il y a des hauts et des bas … l’état général est plus ou moins bon … et puis il y a les nouvelles qui nous parviennent au quotidien … celles qui motivent, qui redonnent du tonus qui propulsent en avant … puis il y a celles qui attristent, celles qui nous obligent à envisager les choses autrement, celles qui compliquent le quotidien … celles qui parfois nous révoltent !

Il en a été ainsi pour notre association durant les 6 derniers mois qui viennent de s’écouler.

PROFONDE TRISTESSE, à l’évidence qu’il ne sera pas possible d’aller partager le quotidien de nos Amis de Dédougou, comme nous en avions l’habitude, en raison des problèmes sécuritaires. Pour notre association cela complique les relations avec certains de nos partenaires (voir le compte-rendu de l'Assemblée Générale page 11).

REVOLTE ET TRISTESSE en découvrant chaque semaine, voire chaque jour que dans certaines régions du BURKINA des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants sont victimes du djihadisme simplement parce qu’ils pensent, vivent, croient autrement.

EMOTION ET DOULEUR en apprenant le décès de notre amie YVONNE, la Présidente du Groupement Villageois des Femmes du Village de TOROBA (voir article page 3).

GRANDE JOIE de découvrir, à l’ouverture d’un message internet, que l’Agence des Micro-Projets et la Fondation Impala Avenir participent au financement du projet du Collège de DAMAN (voir article page 7)

BEAUX MOMENTS DE JOIE PARTAGES à l’occasion de tous les évènements organisés « ici », qui se sont traduits par une progression des dons effectués par nos adhérents et sympathisants.

SATISFACTION devant l’engagement des membres actifs à prendre plus de responsabilités au sein du bureau et du conseil d’administration de l’association. (voir tableau page 11)

CEPENDANT si nos Amis de Dédougou « là-bas » sont tristes de la situation qui sévit dans leur pays, ils ne sont pas résignés. MALGRE TOUT ils continuent à se battre au quotidien et la solidarité s’organise pour accueillir les familles qui ont fui leurs villages.

L’association Les Amis de Dédougou poursuit ses actions « là-bas », plus que jamais. Cela est possible parce que « ici » et « là-bas » toutes et tous s’investissent.

UN GRAND MERCI A CHACUNE ET CHACUN D’ENTRE VOUS.

 

 

Pour mon premier éditorial, dans le bulletin de notre association, je souhaite saluer et remercier Jacqueline, notre présidente. Onze années d’un engagement continu pour aider nos amis de Dédougou.
Jacqueline a souhaité, en début d’année quitter son poste de Présidente, tout en restant un membre très actif dans l’association.
Pendant ces onze années, Jacqueline a créé avec nos interlocuteurs de Dédougou, un mode de fonctionnement basé sur la rigueur dans la gestion des dossiers mais avec une empathie très forte pour la compréhension des besoins exprimés.
Elle rappelait chaque fois que les demandes devaient être analysées avec la vision des habitants du Burkina, en prenant en compte les références de la société locale et non pas nos références. Elle a créé avec nos amis de là-bas, une confiance forte. Lors de ses missions au Burkina, elle a ramené de nombreuses amitiés et le respect de nos interlocuteurs.
Elle a su, avec les membres actifs, acquérir une grande confiance et crédibilité auprès de nos partenaires institutionnels, privés, culturels ainsi que vis-à-vis de nos adhérents et sympathisants… ce qui a permis à l’association de pouvoir financer de nombreux projets.
L’association a dans son ADN la volonté de rendre compte de la manière la plus juste et la plus claire possible de l’utilisation des fonds que nos partenaires et vous-même nous confiez pour aider les enfants, les femmes et l’ensemble des villageois à Dédougou.
Ces deux dernières années marquées par les difficultés liées au COVID, elle a toujours eu le souci de maintenir l’association en mode actif. Quelles que soient les circonstances, la question était toujours : "Que pouvons-nous faire pour aider nos amis de là-bas ?" et "Comment adapter nos actions à la situation sanitaire ? ".
Pour toutes ces raisons Jacqueline mérite nos remerciements notre respect et notre amitié.
À titre personnel je tiens à lui dire toute mon amitié et à la remercier pour tout ce qu’elle m’a apporté voire appris sur ce qu'est la solidarité du coeur et la manière d’aider les autres.
J’espère pouvoir maintenir notre association dans le même esprit et continuer à apporter une petite pierre pour donner à nos amis de là-bas une vie meilleure. Dans son éditorial précèdent Jacqueline citait une économiste qui disait "Il y a toujours quelque chose à faire pour changer le monde ". Cette citation doit être la devise de notre association.
Pour terminer ce premier éditorial, je vous remercie pour toute l’aide que vous avez apporté et que, j’espère, vous continuerez à apporter pour aider nos amis de là-bas. Ils continuent à avoir besoin de notre soutien.
Merci à tous.

 

 

Mars 2021

C'est un immense plaisir pour moi de vous écrire ces quelques lignes. Cela d'autant plus que depuis un an les occasions de nous rencontrer sont bien réduites : plus de concerts, plus de conférence, plus de Fête Afrique, plus de tombola, plus de ventes d'artisanat, de gâteaux …

MALGRE CELA VOUS N'AVEZ PAS OUBLIE LES AMIS DE DEDOUGOU …

VOTRE SOUTIEN N'A JAMAIS FAIBLI ...

BRAVO ET FÉLICITATIONS A VOUS TOUS !

Du fond du coeur, au nom de tous nos amis burkinabè et au nom des membres actifs de l'association, j'assure tous nos partenaires en France (donateurs, adhérents, sympathisants, élus de notre commune et de notre département, entreprises, fondation Impala et Agence des Micro Projets) de nos plus vifs remerciements.

De ce fait, là-bas, les projets continuent de se réaliser. Heureusement, nos amis burkinabè ont été peu touchés par l'épidémie de coronavirus. Malgré une augmentation du nombre de cas, durant la période de l'élection présidentielle en novembre 2020, il semblerait que les malades ne développent pas de forme grave de la maladie. Tant mieux et nous nous en réjouissons.

Cependant si les projets continuent à se réaliser c'est parce que, sur place, des partenaires s'investissent au quotidien pour mener à bien les nouveaux projets. Ils savent combien leur action est importante, particulièrement depuis que les membres actifs de l'association ne peuvent plus se rendre sur place, principalement en raison des problèmes sécuritaires qui sévissent toujours au Burkina (voir article page 3). Nous les remercions vivement de leur collaboration car nous les sollicitons beaucoup. Leur rôle est encore plus essentiel. C'est tant mieux, mais aussi parfois compliqué, pour eux et pour nous, car rien ne remplace des échanges, en présentiel, réunis autour de la même table.

Un grand merci, aussi, à tous les bénéficiaires qui font vivre les actions réalisées, depuis plus ou moins longtemps. Avec beaucoup de joie, de bienveillance ils donnent régulièrement des nouvelles et nous envoient des photos.

Cette belle synergie, malgré les difficultés ici et là-bas, permet à des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants de disposer de moyens pour réaliser des actions leur permettant de vivre plus dignement. Car comme le dit si bien Esther DUFLO 1 : "Il y a toujours quelque chose à faire pour changer le monde ".

Je vous souhaite une belle lecture de ce bulletin, à la découverte de ce que vous avez participé à changer pour nos amis de la région de Dédougou.

Nous savons que nous pouvons compter sur vous tous, ici et là-bas, pour continuer à " CHANGER LE MONDE ". Merci et à très bientôt.

 

Septembre 2020

Malgré un contexte mondial difficile, LA VIE CONTINUE pour l’association « Les Amis de Dédougou », ICI et LA-BAS.
C’EST BIEN QU’IL EN SOIT AINSI !
MAIS S’IL EN EST AINSI, C’EST GRACE A VOUS TOUS, ET JE VOUS DIS MERCI !
MERCI à tous ceux et toutes celles qui permettent, LA-BAS, que tous les projets naissent, se réalisent et vivent.
MERCI A NOTRE AMI EMMANUEL GALA pour ce qu’il a été et ce qu’il a fait (voir hommage page 4).
MERCI à M. DAHO le directeur, à l’équipe enseignante, aux habitants du village, aux techniciens de l’OCADES (notre partenaire local), qui se sont investis afin que le projet du collège de DAMAN se déroule bien et dans de brefs délais. (voir page 6)
Enfin MERCI à vous tous, LA-BAS, qui avez envoyé régulièrement des messages Internet, ou WhatsApp, des photographies afin de donner des nouvelles et rendre compte des actions menées. En effet, en raison des problèmes sécuritaires, les membres actifs de l’association ne peuvent plus se rendre au BURKINA FASO. Grâce à tous les bénéficiaires-correspondants nous sommes informés de tout ce qui continue à se faire là-bas.
MERCI à tous les donateurs, ICI, qui ont continué à soutenir financièrement tous les projets et les actions proposés. Comme vous pourrez le constater des projets ont été menés à leur terme, d’autres sont sur le point de se terminer … un nouveau projet démarre autour de la Cité des Jeunes de TOUGAN (voir page 8). De nouveaux adhérents, de nouveaux donateurs ont rejoint l’association. Cela fait chaud au coeur et nous réjouit.
MERCI au Conseil départemental de l’ESSONNE qui a attribué, récemment, une subvention d’investissement aux Amis de Dédougou au profit du projet de la Cité des jeunes.
NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN POUR CONTINUER LE CHEMIN … NOUS SAVONS QUE NOUS POUVONS COMPTER SUR CHACUNE ET CHACUN. D’AVANCE MERCI !